Archives de 2014

Un petit pas de côté

par les le 6 octobre 2014, dans Pédagogie

Ou pratique pédagogique à usage émancipateur

« Pour apprendre à parler, il faut des gens qui vous écoutent. »(1)

La relation éducative est inégalitaire ; entre d’un côté, une ou plusieurs personnes (enfants ou adultes) en situation d’apprentissage [les apprenant-e-s] et d’un autre, une ou plusieurs personnes qui pilotent, organisent ou accompagnent les apprentissages [nous appellerons ces dernières de manière générique des « pédagogues »]. Il s’agit d’assumer cette équation, non pour confiner les protagonistes dans des cases hermétiques, mais bien parce qu’elle indique les responsabilités propres à chaque camp : un camp a pour mission d’apprendre, l’autre de développer les stratégies idoines pour que les apprentissages soient possibles. Quoi qu’il arrive, les deux camps auront bougé. Lire la suite…


Faire éducation

par les le 6 octobre 2014, dans Pédagogie

Question que tout acteur de l’éducation se pose : quelles sont les conditions nécessaires à mettre en oeuvre pour qu’il y ait éducation

Cette question vaut pour l’éducation, que l’on se place dans des perspectives intégratives au sens de transmettre ce qui préexiste, ou des perspectives émancipatrices qui visent à permettre à l’apprenant d’aller au-delà de ce qui est connu.

Gageons donc que la vie regorge en elle-même de suffisamment de potentiel pour ne pas devoir créer trop d’artifices la concer¬nant. Par voie de consé¬quence, l’éducateur peut orienter son énergie sur l’apprenant et les conditions dans lesquelles il évolue. Lire la suite…


Les colonies de vacances d’hier à demain

par les le 6 octobre 2014, dans Expériences de terrain, Regards sur la société

Nous tentons dans le texte qui suit de dresser le portrait des colonies de vacances telles que promues aux CEMEA depuis leur fondation. Ce portrait envisagera tant une mise en perspective socio-historique que les valeurs et les pratiques qui donnent sens aux colos aujourd’hui et demain. Lire la suite…


“Peau noire et masques blancs”

par les le 6 octobre 2014, dans Regards sur la société

De “Peau noire et masques blancs” de Frantz Fanon aux Citoyens Responsables, Actifs, Critiques et Solidaires (1)

Réflexions en forme de bricolage (2)

Frantz Fanon est décédé il y a plus de 50 ans. Aujourd’hui la relecture de “ Peau noire et masques blancs ” nous amène quelques réflexions propres à nous aider à dépasser certaines impasses liées aux aliénations réciproques. Les CRACS (Citoyens Responsables, Actifs, Critiques et Solidaires) serviront d’exemple… Lire la suite…


Cet enfant ne fait rien

par les le 6 octobre 2014, dans Regards sur la société

Surprendre un enfant qui semble ne rien faire peut déstabiliser des yeux adultes. Ennui, paresse, et inactivité sont en effet des ennemis à combattre et le temps de l’enfance est absolument pensé pour les éviter. Mais encore faut-il s’entendre sur ce que ce “ rien faire ” signifie pour l’enfant, sur la nature de ce qui est d’emblée caractérisé d’inactivité. L’écart entre ce que l’adulte peut percevoir de l’activité de l’enfant et l’activité réelle de celui-ci peut parfois être important. Lire la suite…


La formation, un espace de désaliénation

par les le 6 octobre 2014, dans Expériences de terrain

Inscrits dans le courant de l’Education Nouvelle, les CEMEA revendiquent pour chacun le droit à l’émancipation et à l’expression, c’est-à-dire la possibilité de se libérer de l’emprise d’autrui ou d’une pensée dominante pour se construire ses propres modes de pensée et d’action. Dans une telle perspective, le terme “ droit d’émancipation ” est délibérément choisi plutôt que celui d’égalité des chances, car s’exprimer librement et accéder à une autonomie politique et cognitive sont à affirmer en termes de droits fondamentaux et non comme le fruit d’opportunités quelques peu hasardeuses.

Affirmer une telle volonté situe toute la complexité de la formation, qui consiste alors en un espace de construction de pensée et d’action le plus ouvert possible pour permettre la liberté et la désaliénation des individus, mais qui garantisse pour autant le respect et la participation de chacun. Lire la suite…


L’ombre de l’autre

par les le 6 octobre 2014, dans Regards sur la société

Je me suis rapidement interrogé sur la manière dont je m’adressais aux résidents avec Nathalie notamment, une femme d’une cinquantaine d’années, très fragilisée au moment où je suis arrivé en stage et qui exprimait son souhait d’être hospitalisée. Dans l’après-coup, je me suis demandé pourquoi je me souciais tant de son état général. Lire la suite…


Archives

Tous les textes, par ordre chronologique...