Archives de 2014

Evaluer de futur-e-s animateurs, animatrices volontaires ?

par les le 6 octobre 2014, dans Expériences de terrain

La plupart du temps, quand il est question de l’évaluation d’un travail – professionnel ou volontaire -, cela se résume à un contrôle des individus et/ou de leurs performances. L’évaluation est assimilée à un processus de normalisation, à l’acte de formuler une sanction. Cette sanction s’enracine toujours plus ou moins dans une intention méritocrate : elle sert à classer « les meilleurs », à leur procurer tel ou tel avantage (statut, reconnaissance, pouvoir, argent), ou encore, à éliminer « les moins bons ».
Cet univers, c’est celui de l’économie de marché, avec son idéologie, voire son obsession de la performance et, surtout, du rendement financier. Lire la suite…


Etre animateur, animatrice : une action politique

par les le 6 octobre 2014, dans Regards sur la société

Le texte qui suit, reprend une série de réflexions issues d’un groupe de travail constitué du Centre Bruxellois d’Action Interculturelle (CBAI), du Centre de Formation d’Animateurs (CFA) et des CEMEA. Ce groupe, composé de formateurs et animé par le Centre Socialiste d’Éducation Permanente (CESEP), a mis en exergue l’importance du métier d’animateur à la fois dans sa perspective historique, mais aussi dans son développement méthodologique puisque largement inspiré par le secteur de l’Éducation Permanente (EP). Lire la suite…


Le bien-être à l’école : un projet des expériences

par les le 6 octobre 2014, dans Expériences de terrain

Acte 1
Juillet 2011

Les CEMEA sont contactés pour participer comme opérateur d’accompagnement de plusieurs Cellules au projet Cellules « Bien Être » mis en place par trois Ministères de la Fédération Wallonie-Bruxelles (Enseignement, Santé, Jeunesse et Aide à la jeunesse). Nous avons 10 jours pour y répondre… Lire la suite…


Les règles du « je »

par les le 6 octobre 2014, dans Pédagogie

Nous – CEMEA – avons été sollicités afin d’accompagner une institution du secteur de l’Aide à la Jeunesse dans la construction d’un projet d’animations à destination de deux classes de première secondaire nommées communément « première bis » et « première complémentaire ». Si le discours de l’école pointait ces élèves comme « difficiles » (manque de discipline, de motivation, de travail), celui du Service d’Aide en Milieu Ouvert les situait plutôt comme « en difficulté ». Une nuance de taille dans le regard que l’on porte sur les élèves…

Notre accompagnement devait permettre à ces deux institutions de se rencontrer autour du but commun qu’elles s’étaient fixé : permettre un mieuxêtre des élèves. Un but commun, mais deux visions bien particulières. D’un côté, la volonté d’une école de remettre les élèves dans des rails scolaires, d’un autre côté, la volonté de l’AMO (Aide en Milieu Ouvert) de renouer l’environnement morcelé de ces enfants, de recréer du lien autour d’eux, de redonner du sens à leurs parcours. Lire la suite…


Pour une critique radicale de l’animation

par les le 6 octobre 2014, dans Regards sur la société

Démonter les clichés et les fausses évidences

Le texte qui suit a été écrit à l’origine par Ronan David, conseiller en éducation populaire et jeunesse, et Baptiste Besse-Patin, animateur et directeur de Centres de vacances, étudiant en sciences de l’éducation et publié dans Vers l’Éduction Nouvelle n° 551 en juillet 2013, la revue des CEMEA français. Avec l’accord des auteurs, nous avons légèrement modifié le texte d’origine et remplacé les termes légaux utilisés en France par ceux utilisés en Belgique dans le but de le rendre directement accessible. Même si notre situation est encore différente, nous percevons le glissement progressif qui nous amène vers le type de pratiques dénoncé dans l’article qui se répand parmi les associations. Ces pratiques polluantes ne naissent pas du hasard, mais de pensées et de discours qui encombrent de plus en plus nos pouvoirs publics. Lire la suite…


Entrer en formation : la place du collectif

par les le 6 octobre 2014, dans Expériences de terrain

Une formation, en tant qu’adulte, on peut y rentrer ou pas. Cela se vit ou se rencontre : il y a des formations qui nous touchent, nous bouleversent, nous interpellent. D’autres où l’on reste sur le seuil : on n’est pas touché-e, on ne se sent pas concerné-e, voire quelque temps après on ne se souvient même pas qu’on l’ait suivie. Certain-e-s diront même : subie ! Lire la suite…


Ce qui fait formation

par les le 6 octobre 2014, dans Expériences de terrain

L’auteur de ce texte, Hamdou Sy est docteur en philosophie, responsable de formation au Centre de Formation aux Professions Éducatives et Sociales des CEMEA à Aubervilliers. A l’occasion du quinzième anniversaire de la formation qualifiante d’animateurs, animatrices de rue et de quartier organisée à Bruxelles par les CEMEA, nous l’avons sollicité pour nous faire partager ses réflexions sur ce qui fait formation au départ de témoignages filmés d’ancien-ne-s stagiaires. (1)

(1) http://www.cemea.be/15ans Lire la suite…


Archives

Tous les textes, par ordre chronologique...