Mot-clé: action

Vidéos : Laisser le temps à l’enfance

par les le 27 mai 2011, dans Activités, Expériences de terrain, Qui sommes nous ?

Vidéos présentant un séjour et une plaine de vacances organisés par les CEMEA.

Lire la suite…


Dossier : Les CEMEA, un engagement pour l’égalité des genres Constats et motivations

par les le 15 juin 2010, dans Regards sur la société

Un colloque ? L’occasion de conceptualiser…

Le 7 décembre 2009,les CEMEA étaient invités à participer au colloque « Filles-garçons:une même école ? », organisé par la Direction de l’Egalité des Chances de la Communauté française, en prenant part à une table ronde réunissant des « expert-e-s » en formationslié-e-s au genre.

Outre le fait que ce colloque a été l’occasion de faire connaître à un public plus large notre formation « Pour une éducation à l’égalité des genres » et ses objectifs, il a aussi nécessité de prendre le temps d’expliciter notre démarche de formation. Identifier, analyser, conceptualiser… et finalement formaliser ce que nous défendons, ce que nous pratiquons, ce que nous mettons en place avec nos participant-e-s. Ce travail de formalisation, en nous obligeant à retracer l’historique de cette formation, à remonter à sa source, nous a également permis de nous repositionner sur son sens, ses modalités et ses finalités… Lire la suite…


Dossier : Les CEMEA, un engagement pour l’égalité des genres Vécus de formation(s)

par les le 15 juin 2010, dans Expériences de terrain, Pédagogie, Regards sur la société

Introduction

Cet article vous propose un exemple concret de processus de déconstruction des stéréotypes. Cet exemple, dans le respect d’un de nos principes de formation essentiel qui est celui de la confidentialité, ne vient pas d’une formation précise et d’un-e participant-e, mais est un « assemblage » de plusieurs cas vécus dans différents modules de formation « Pour une éducation à l’égalité des genres ». Lire la suite…


Former des citoyens du monde en devenir

par les le 1 juin 2006, dans Regards sur la société

Ce texte est un écho du Forum Mondial « Quelle éducation à l’époque de la mondialisation ? Quelles pratiques éducatives concrètes ? » organisé par la FICEMEA1 à Dunkerque du 30 juin au 5 juillet 2003.

Le « village planétaire » se soucie-t-il de son environnement ?

C’est une des questions posées par les participants de l’atelier « Education nouvelle, écologie et globalisation » sur base de leurs réalités locales et, certainement, mondiales ou globales. Et c’est une question bien légitime, face à certains constats…

  • Les gouvernements: leur désintérêt vis-à-vis des problèmes environnementaux, leur non-respect de lois et traités pourtant ratifiés et l’absence de perspectives de développement durable dans la planification à moyen ou long terme.
  • Les fonctionnements économiques qui régissent certains échanges: déforestation par des compagnies privées, surexploitation des sols qui se dégradent, prolifération d’entreprises sans étude préalable des impacts directs et indirects sur l’environnement écologique, social et humain, ainsi que des politiques d’élevage intensif à des échelles qui provoquent la désertification de régions entières.
  • Le concept de «progrès»: sans prise en compte des phénomènes tels que les pollutions électromagnétiques ou les déchets radioactifs.
  • La pauvreté, la famine, les inégalités sociales perçues comme faisant partie de la problématique environnementale (déforestation, désertification, technologies dépassées…). L’idéologie du développement effréné, en réponse à la pauvreté et aux inégalités, ignore la dégradation de l’environnement qu’elle entraîne.
  • Les tensions internationales et les risques pour l’homme et le milieu (conflits diffus, armes chimiques, terrorisme…).

Aussi diverses soient-elles, les réponses doivent conjuguer le particulier et le global, l’action locale et l’action planétaire concertée.

Car les problèmes environnementaux ne pourront pas être résolus de manière individuelle ni même à l’échelle d’une nation. Cependant, chacun peut agir de manière directe ou indirecte sur ces problèmes, notamment par l’éducation et la sensibilisation. Lire la suite…

  1. Fédération Internationale des CEMEA, présente dans une trentaine de pays en Amérique du Sud, en Afrique, en Océanie et en Europe []

Quand des enfants porteurs de handicaps rencontrent des enfants dits ordinaires dans un centre de vacances d’intégration

par les le 4 janvier 2005, dans Expériences de terrain, Pédagogie

Les centres de vacances sont des lieux d’activités, de développement individuel et social, des lieux accueillant beaucoup d’enfants uniques en leur genre, tous différents les uns des autres… Qu’en est-il alors d’un centre qui accueille, en plus de la diversité d’enfants dits ordinaires, un certains nombre d’enfants porteurs de déficience légère à modérée ?

Depuis plusieurs années maintenant, les CEMEA organisent à Pâques un centre de vacances d’intégration qui rassemble des enfants handicapés et des enfants non-handicapés. Il se déroule en collaboration avec les animateurs de la ferme du Monceau, château-ferme du XVIIème siècle bâti autour d’une vaste cour carrée ouverte sur les bois et les champs. Les espaces de vie y sont pensés pour favoriser l’accessibilité de tous, valides et moins valides. En plus des activités manuelles d’expression et de construction, des jeux d’intérieur et d’extérieur, certaines activités participent à la vie de la ferme. Le terme « intégration » n’est pas à prendre dans le sens d’une assimilation ou d’une incorporation, car il s’agit bien d’un lieu où cohabitent des différences qui sont reconnues. Lire la suite…


Etre éducateur

par les le 1 mai 2001, dans Expériences de terrain, Pédagogie

C’est une banalité que de dire que l’animateur est placé, dans sa fonction temporaire, devant tous les problèmes que peut poser l’éducation des enfants et l’organisation de la vie collective.

« Le métier de moniteur n’est pas un métier comme les autres. Qu’il le veuille ou non, le moniteur est un éducateur. Cela signifie qu’il a, par son travail à la colonie, par son comportement personnel, une influence sur les enfants, sur leurs pensées, sur leur développement. Quelle sera cette influence ? Bonne? Mauvaise ? Mettra-t-elle en valeur, chez les enfants, leurs sentiments les plus élevés ou, au contraire, leurs tendances égoïstes?

[…] La colonie peut être morne et pauvre. Elle peut être gaie et heureuse. Cela dépend en grande partie de vous, de la conception que vous avez de votre rôle, de la fermeté, de la clairvoyance, de l’enthousiasme avec lesquels vous l’accomplirez. »

Ces quelques phrases témoignent de l’extrême importance du rôle des animateurs pour la réussite d’un centre de vacances. Elles disent très simplement que, dans ses moindres attitudes et réactions, l’animateur exerce une influence profonde sur les enfants. Un exemple, rien qu’un, choisi parmi tous ceux que fournissent les situations les plus banales dans tout centre de vacances. Thibault et Marie-Christine face aux difficultés d’un départ en randonnée. Cet été, dans un centre de vacances, deux animateurs confrontés à une situation, somme toute banale, réagissent différemment. Lire la suite…


Archives

Tous les textes, par ordre chronologique...