Mot-clé: formation

Plateforme européenne à l’animation volontaire

par les le 21 avril 2013, dans Pédagogie

Cette plateforme contient les éléments qui structurent et identifient notre conception éducative :
• L’interaction entre l’éducation formelle, non formelle et informelle.
• L’affirmation d’une qualité éducative dans les actions d’éducation non formelle.
• L’existence de valeurs de référence et de principes communs aux actions de formation que nous voulons promouvoir auprès des instances locales, régionales, nationales et européennes.
• La reconnaissance et la valorisation du volontariat dans la formation et l’encadrement d’activités d’éducation non formelle.
Plateforme complète au format PDF


Dossier : Les CEMEA, un engagement pour l’égalité des genres Constats et motivations

par les le 15 juin 2010, dans Regards sur la société

Un colloque ? L’occasion de conceptualiser…

Le 7 décembre 2009,les CEMEA étaient invités à participer au colloque « Filles-garçons:une même école ? », organisé par la Direction de l’Egalité des Chances de la Communauté française, en prenant part à une table ronde réunissant des « expert-e-s » en formationslié-e-s au genre.

Outre le fait que ce colloque a été l’occasion de faire connaître à un public plus large notre formation « Pour une éducation à l’égalité des genres » et ses objectifs, il a aussi nécessité de prendre le temps d’expliciter notre démarche de formation. Identifier, analyser, conceptualiser… et finalement formaliser ce que nous défendons, ce que nous pratiquons, ce que nous mettons en place avec nos participant-e-s. Ce travail de formalisation, en nous obligeant à retracer l’historique de cette formation, à remonter à sa source, nous a également permis de nous repositionner sur son sens, ses modalités et ses finalités… Lire la suite…


Dossier : Les CEMEA, un engagement pour l’égalité des genres Apprendre, c’est se construire des représentations… avec d’autres

par les le 15 juin 2010, dans Pédagogie, Regards sur la société

A l’heure où règne cette uniformité de bon ton dans les discours entourant les dispositifs pédagogiques (lire à ce sujet l’article « Politiser l’éducation »,dans cette même revue), à l’heure où les idées de l’Education Nouvelle sont invoquées par la plupart des projets éducatifs, qu’ils soient scolaires ou non, il nous a semblé intéressant de prendre du recul par rapport à notre action quotidienne. Nous voudrions en effet ici identifier et analyser les différents modèles d’apprentissage qui parcourent la société, questionner leurs conséquences pédagogiques et méthodologiques (vis-à-vis des formé-e-s et des formateurs,formatrices)…afin de replacer les CEMEA au coeur d’un courant idéologique et (ré)affirmer -(r)affermir notre positionnement et nos principes ! Lire la suite…


Dossier : Les CEMEA, un engagement pour l’égalité des genres Vécus de formation(s)

par les le 15 juin 2010, dans Expériences de terrain, Pédagogie, Regards sur la société

Introduction

Cet article vous propose un exemple concret de processus de déconstruction des stéréotypes. Cet exemple, dans le respect d’un de nos principes de formation essentiel qui est celui de la confidentialité, ne vient pas d’une formation précise et d’un-e participant-e, mais est un « assemblage » de plusieurs cas vécus dans différents modules de formation « Pour une éducation à l’égalité des genres ». Lire la suite…


« Tu n’as rien vu à Matonge, rien ! »

par les le 10 juin 2010, dans Pédagogie, Regards sur la société

Le formateur apprenant, ou la place de la surprise en formation.

Etre face à un groupe,quelle que soit la fonction occupée, animateur ou formateur, amène son flot de questions. L’une des plus récurrentes, porte sur la manière dont le groupe va intégrer la proposition pédagogique et les enseignements qu’il va en tirer1.

Toute proposition est bien sûr incarnée, portée par l’animateur, le formateur. Dans cette incarnation se jouent des compétences, des connaissances,du savoir faire et … des regards. Regards que l’animateur, le formateur porte sur lui-même, sur le contenu de la formation, sur le groupe et regards que les participants, voire l’équipe, posent sur lui.

Encore plus que de regards,il peut être question ici de risque. A savoir, le risque pris, assumé par le formateur d’accepter que le groupe dispose toujours d’une réelle liberté dans ses représentations et ses actions. Concevons-nous cependant, en tant que formateurs, ce groupe comme réellement libre ? Jusqu’où cherchons-nous à le façonner selon nos attentes, nos préjugés,nos prédictions ? Lire la suite…

  1. Cette interrogation vaut autant pour l’animateur de groupe d’enfants que le formateur d’adultes. Chacun est préoccupé par le résultat à obtenir. Ainsi dans un atelier modelage avec des jeunes enfants, la réussite de l’activité ne se mesurera pas seulement à la qualité esthétique des oeuvres, mais aussi (surtout!) aux plaisirs à jouer avec une matière, à expérimenter des formes, à être en relation avec d’autres dans le groupe et puis à la fin de l’atelier dans le rangement, et pour peu que l’atelier se soit déroulé à l’extérieur … au nettoyage au tuyau d’arrosage. Et tant pis si durant ce dernier moment, l’eau emportera quelques réalisations ! []

Se transformer ou l’art d’apprivoiser sa vie

par les le 1 juin 2007, dans Pédagogie

«Action collective tendant à produire un changement d’idées, d’opinions ou d’organisation sociale.» Nous pourrons lire ces quelques mots à la 56e ligne, de la 1234e page du Robert des noms communs (1999).

Aux CEMEA, notre action n’est pas conséquence du hasard. Elle est guidée par ce que nous appelons communément des options éducatives, cinq principes que traduisent nos pratiques.

Si l’on prenait un shaker et que l’on y versait chacun de ces principes, en le secouant bien, il en résulterait une formation ou, en y modifiant certains ingrédients, un centre de vacances. L’accueil que nous proposons aux enfants est réfléchi de manière à ce que chacun soit respecté, parce qu’il est une personne à part entière. Les activités sont mises en place au bon moment, c’est-à-dire qu’elles correspondent aux envies, aux attentes, aux projets individuels et collectifs, qu’elles suscitent l’envie de recherche, d’observation, de création, de développement et dans certains cas, de dépassement de soi. Chacun évolue dans une collectivité, au sein de laquelle la vie du groupe s’organise et favorise la rencontre de l’autre.

Avant même d’articuler nos principes pour les mettre en pratique, nous posons le postulat suivant : chacun peut se développer et se transformer au cours de sa vie, il en a le désir et les possibilités.

Illustrons ce propos par une petite histoire.

Lire la suite…


Grandir… et jouer!

par les le 4 janvier 2005, dans Pédagogie

A la question « Pourquoi les enfants jouent-ils ? », Winnicott répond : « Par plaisir…, pour exprimer l’agressivité…, pour maîtriser l’angoisse…, pour accroître leur expérience…, pour intégrer leur personnalité…, pour communiquer avec les autres… »

Durant le mois de novembre 2003, des formateurs et animateurs des CEMEA ont participé à un week-end de formation continuée centré sur l’importance des jeux dans le développement des personnes et particulièrement des enfants, au fil des âges.

En tant que formateurs et animateurs, nous mettons en place de nombreuses activités ludiques, du jeu libre au jeu organisé, du jeu symbolique au jeu sportif ou traditionnel. En effet, jouer peut prendre des significations différentes suivant les individualités, les circonstances et l’âge des joueurs. Les enfants plus jeunes (3-7 ans), s’ils ont l’occasion de vivre leur désir d’agir, de se faire plaisir, de bouger, ne sont pas encore prêts à apprécier les jeux comportant des consignes complexes et pourtant, pour eux, les règles prennent petit à petit leur sens. Lire la suite…


Archives

Tous les textes, par ordre chronologique...