Pédagogie

L’accueil collectif de la petite enfance : un enjeu de société qui peine à advenir

par les le 2 septembre 2018, dans Pédagogie, Regards sur la société

Un peu d’histoire

Au moment de leur création (milieu du 19e siècle), les crèches étaient des lieux hygiénico-sanitaires où l’objectif premier était de préserver les enfants de la mortalité infantile et des infections, risques encore très élevés à l’époque. Le personnel, composé principalement d’aides-soignantes n’ayant aucun diplôme, reproduisait des gestes médicaux à longueur de journée. Changes rapides, bains quotidiens, prise de température tous les matins, lavages de nez et d’yeux, constituaient un travail à la chaîne où l’enfant n’avait pas de place : il était un objet.

Dans les années 1960, et en particulier autour de mai ‘68, le combat des femmes pour leur droit à l’égalité, l’avènement de la contraception et la place de « bien précieux » que l’enfant a pris dans la société, ont entraîné une remise en cause du fonctionnement de la crèche. Parmi les raisons de cette remise en cause, il y avait le constat de la pauvreté affective des relations établies avec les enfants, du milieu insuffisamment stimulant et de l’exclusion
totale des parents sous prétexte d’un savoir sur l’enfant qui donnait une sorte de monopole du pouvoir au personnel. Cette remise en cause allait certainement de pair avec les revendications des femmes, qui voulaient construire leur vie professionnelle et s’y épanouir, tout en exigeant par ailleurs la garantie d’un milieu d’accueil épanouissant pour leurs enfants avant l’âge de l’école.

Bien entendu, ces attentes étaient et n’ont cessé d’être alimentées par la diffusion dans le grand public de toutes les recherches et découvertes sur les compétences des tout-petits, sur les besoins des bébés et l’importance d’y répondre et sur l’impact fondamental des toutes premières années au niveau du développement de la personnalité.
Lire la suite…


Être bien-traitant…

par les le 2 septembre 2018, dans Expériences de terrain, Pédagogie, Regards sur la société

« Les nurses semblent ne pas avoir peur des enfants, n’être jamais dépassées par leurs emportements violents. Peut-être parce que -alors que nous avons toujours quelque chose à nous reprocher avec les enfants- ces femmes sont certaines de toujours tout faire pour répondre au mieux à leurs besoins. Elles ne se retrouvent donc jamais acculées à la défensive. Pourtant, les colères des enfants ne glissent pas sur les nurses. Elles les atteignent, si elles ne les entament pas. Mais sereinement, en empathie avec l’enfant, elles se soucient de réconforter quand on s’attendrait à ce qu’elles sévissent. En termes de pratiques éducatives, une sorte de révolution copernicienne dont l’impact change en profondeur les enfants, les rassure et les apaise, se répercute à la longue sur leurs manières d’être, sur leur gestuelle et jusque sur les traits de leurs visages… »(1)

Bienveillance, bien-traitance, remédiation aux douces violences… Autant de termes utilisés à l’heure actuelle dans le cadre des milieux d’accueil de jeunes enfants.
Lire la suite…


Cet enfant ne fait rien

par les le 2 septembre 2018, dans Pédagogie, Regards sur la société

Surprendre un enfant qui semble ne rien faire peut déstabiliser des yeux adultes. Ennui, paresse, et inactivité sont en effet des ennemis à combattre et le temps de l’enfance est absolument pensé pour les éviter. Mais encore faut-il s’entendre sur ce que ce “ rien faire ” signifie pour l’enfant, sur la nature de ce qui est d’emblée caractérisé d’inactivité. L’écart entre ce que l’adulte peut percevoir de l’activité de l’enfant et l’activité réelle de celui-ci peut parfois être important.
Lire la suite…


L’école à deux ans et demi, une équation insoluble ?

par les le 2 septembre 2018, dans Pédagogie, Regards sur la société

Alors que la majorité des pays européens accueillent les enfants à l’école à partir de 3 ans (parfois 4 ans !), la Belgique et la France font exception. À partir de 2 ans et demi, les jeunes enfants peuvent fréquenter un établissement scolaire. Et la réalité est parlante : neuf enfants de 3 ans sur dix sont inscrit-e-s à l’école.
Dans une période critique pour l’école (Pacte d’Excellence, rapports de l’OCDE, de PISA…) de plus en plus centrée sur les résultats, qu’en est-il de la réalité vécue par ces très jeunes enfants en plein développement ? Entre échecs scolaires, exigences des programmes, pressions des institutions, quelle place est laissée aux enfants pour qu’ils-elles se construisent pour devenir les adultes de demain ? Quel accueil leur proposer ? Comment tenir compte des deux premières années de la vie de chacun e, construites de parcours singuliers ? Entre les enfants qui ont un vécu de crèche, d’accueillant-e à domicile, de temps passé chez les grands-parents ou avec leurs parents, les propositions sont multiples et nécessitent d’être prises en compte par les professionnel- le-s. Et justement, qu’en est-il des instituteurs-institutrices confronté-e-s quotidiennement à des collectivités de jeunes enfants de plus en plus grandes ?
Lire la suite…


S’attacher pour se séparer en toute sécurité

par les le 2 septembre 2018, dans Expériences de terrain, Pédagogie, Regards sur la société

L’être humain est éminemment social. De par sa constitution à la naissance, il est incapable de survivre seul. Son état de dépendance fait que l’environnement a une grande influence sur son développement physique et psychique. Plus particulièrement, la qualité des soins précoces a un impact sur l’expression des compétences innées.

« A la naissance, les connexions du cerveau du bébé sont encore malléables, elles peuvent être modifiées ou créées en fonction de ce qui se passe pour lui. (…) Des relations chaleureuses, constantes et positives favorisent le développement de son cerveau et le protègent des effets négatifs du stress »(1).
Lire la suite…


Et puisque l’on mange aussi à la crèche !

par les le 2 septembre 2018, dans Pédagogie, Regards sur la société

Ce n’est pas un secret, à la crèche, on mange !
Et souvent plusieurs fois sur la journée tant les besoins en énergie sont importants pour les tout-petits. Mais voilà, le moment de repas en collectivité est porteur de beaucoup d’injonctions et de règles qui sont parfois difficiles à combiner. Durant ces moments l’enfant doit tout à la fois manger à sa faim, devenir progressivement autonome pour se nourrir un jour seul-e, se confronter aux règles et aux limites inhérentes à notre culture (manger assis sur une chaise, avec des couverts…). Pour l’adulte, ce n’est pas simple non plus puisqu’il-elle est garant-e du bon fonctionnement de ces différents aspects. Il-elle doit par ailleurs veiller à ce que chaque enfant puisse bénéficier de ce moment privilégié sereinement. Enfin, il-elle accompagne l’enfant dans son désir d’autonomie.
Lire la suite…


Se rencontrer soi-même avant de recontrer l’autre

par les le 2 septembre 2018, dans Pédagogie, Regards sur la société

Imaginons un petit garçon de deux ans, durant une journée à la crèche, qui joue avec une petite balle en mousse. Il la passe d’une main à l’autre, la jette au sol, l’écrase contre son ventre. Non loin de lui se trouve un module d’une hauteur d’un mètre environ, composé d’une échelle, d’une passerelle, de quelques marches et d’un plan incliné, permettant aux enfants d’expérimenter mouvements, postures et déplacements divers. L’enfant grimpe sur ce module, à l’aide de l’échelle, tenant toujours la balle dans sa main gauche. Une fois en hauteur, il fait rouler cette balle le long de la passerelle sur laquelle il est assis, la fait glisser sur le plan incliné, descend la rechercher et remonte. Ses expérimentations durent quelques minutes. La puéricultrice passe alors près du module et constate que l’enfant, debout sur la passerelle, joue avec cette balle. Elle s’adresse à lui : « Tu ne peux pas monter avec une balle sur le module. C’est interdit, c’est dangereux ! »
Lire la suite…


Archives

Tous les textes, par ordre chronologique...