Expériences de terrain

Spécificités de la formation des professionnel-le-s en Petite enfance aux CEMÉA

par les le 2 septembre 2018, dans Expériences de terrain, Qui sommes nous ?

Préambule

« Un enfant de moins de trois ans n’est pas encore suffisamment armé pour vivre en collectivité. » Cette affirmation, le secteur Petite enfance des CEMÉA n’a de cesse de la répéter. Cependant, c’est un fait, les enfants de moins de trois ans sont accueillis dans des lieux collectifs où ils doivent se partager l’attention de l’adulte qui s’occupe d’eux. Il serait compliqué à l’heure actuelle en Belgique de changer cet état de fait. Cela mettrait en difficulté l’accès au travail pour toutes et tous, la possibilité pour chacun‑e de mener une carrière, une vie, en dehors de ses responsabilités parentales.

Par conséquent, il est indispensable de réfléchir comment ces lieux d’accueil peuvent fonctionner tout en garantissant que la réponse aux besoins spécifiques des enfants soit garantie. C’est aujourd’hui encore un grand défi d’y parvenir, pour des raisons sociétales et économiques notamment.
Lire la suite…


La formation initiale et continue des professionnel-le-s de l’accueil 0-12 ans : donner (enfin) sa pleine dimension à l’éducation

par les le 2 septembre 2018, dans Expériences de terrain, Regards sur la société

Entretien (1) avec Florence Pirard, Chargée de cours à l’Université de Liège, au sein de la Faculté de Psychologie, Logopédie et Sciences de l’Education et responsable de l’Unité PERF (Professionnalisation en Éducation : Recherche et Formation), Unité de recherche Enfances et DIDACTIfen…
Lire la suite…


Être bien-traitant…

par les le 2 septembre 2018, dans Expériences de terrain, Pédagogie, Regards sur la société

« Les nurses semblent ne pas avoir peur des enfants, n’être jamais dépassées par leurs emportements violents. Peut-être parce que -alors que nous avons toujours quelque chose à nous reprocher avec les enfants- ces femmes sont certaines de toujours tout faire pour répondre au mieux à leurs besoins. Elles ne se retrouvent donc jamais acculées à la défensive. Pourtant, les colères des enfants ne glissent pas sur les nurses. Elles les atteignent, si elles ne les entament pas. Mais sereinement, en empathie avec l’enfant, elles se soucient de réconforter quand on s’attendrait à ce qu’elles sévissent. En termes de pratiques éducatives, une sorte de révolution copernicienne dont l’impact change en profondeur les enfants, les rassure et les apaise, se répercute à la longue sur leurs manières d’être, sur leur gestuelle et jusque sur les traits de leurs visages… »(1)

Bienveillance, bien-traitance, remédiation aux douces violences… Autant de termes utilisés à l’heure actuelle dans le cadre des milieux d’accueil de jeunes enfants.
Lire la suite…


S’attacher pour se séparer en toute sécurité

par les le 2 septembre 2018, dans Expériences de terrain, Pédagogie, Regards sur la société

L’être humain est éminemment social. De par sa constitution à la naissance, il est incapable de survivre seul. Son état de dépendance fait que l’environnement a une grande influence sur son développement physique et psychique. Plus particulièrement, la qualité des soins précoces a un impact sur l’expression des compétences innées.

« A la naissance, les connexions du cerveau du bébé sont encore malléables, elles peuvent être modifiées ou créées en fonction de ce qui se passe pour lui. (…) Des relations chaleureuses, constantes et positives favorisent le développement de son cerveau et le protègent des effets négatifs du stress »(1).
Lire la suite…


Une cabane n’est pas qu’une cabane…

par les le 11 février 2015, dans Expériences de terrain

Lundi, 14 heures

La plaine de vacances prend ses quartiers depuis le début de la matinée. Alors que certains enfants découvrent les lieux, d’autres retrouvent les coins et recoins qu’ils avaient explorés l’été dernier.
Lire la suite…


Jouer dans la ville

par les le 11 février 2015, dans Expériences de terrain

Enjeux d’une politique urbaine pensée pour l’enfance

Ces dernières années, les contraintes se sont multipliées dans l’espace laissé à la jeunesse dans l’environnement public. Certes, des lieux spécifiquement réservés à certaines activités sportives ou culturelles ont vu le jour, mais ceux-ci ont le plus souvent pris la forme d’espaces strictement réservés aux enfants, voire d’espaces dédiés à la pratique d’activités précises, restreignant sans cesse les possibilités, les libertés, contraignant les enfants à évoluer en vase clos. Ces constats semblent constituer le symptôme d’une normalisation de plus en plus à l’oeuvre aujourd’hui : tel espace est créé pour telle activité et tel public, ce qui garantit un tel type de comportement jugé « normal » et acceptable. L’espace et les choix politiques qui l’organisent ne disent alors pas à la jeunesse : « Deviens… », mais « Sois comme je désire que tu sois ! »
Lire la suite…


Evaluer de futur-e-s animateurs, animatrices volontaires ?

par les le 6 octobre 2014, dans Expériences de terrain

La plupart du temps, quand il est question de l’évaluation d’un travail – professionnel ou volontaire -, cela se résume à un contrôle des individus et/ou de leurs performances. L’évaluation est assimilée à un processus de normalisation, à l’acte de formuler une sanction. Cette sanction s’enracine toujours plus ou moins dans une intention méritocrate : elle sert à classer « les meilleurs », à leur procurer tel ou tel avantage (statut, reconnaissance, pouvoir, argent), ou encore, à éliminer « les moins bons ».
Cet univers, c’est celui de l’économie de marché, avec son idéologie, voire son obsession de la performance et, surtout, du rendement financier. Lire la suite…


Archives

Tous les textes, par ordre chronologique...